C'est à Andrew Taylor Still que l'on doit l'émergence de l’Ostéopathie en 1874. Il était médecin dans la région de Mâcon dans le Missouri. Sa pratique de médecine a pris de l’ampleur avec les guerres et les conditions rudes de son époque, causes de nombreux troubles physiques. En 1864, une épidémie de méningite cérébro-spinale a fait ravage dans le Kansas. Le docteur Still y a perdu trois de ses enfants. Il fut très affecté par cette épreuve à laquelle il n’a pas réussi a sauvé ses enfants. Convaincu que la thérapeutique de son temps était inefficace, voire même dangereuse, il a orienté sa vie de médecin vers ce qu’il appelait une «nouvelle voie» qui donnera naissance, dix ans plus tard à l’ostéopathie. C’est lorsque je me tenais là, regardant fixement trois membres de ma famille – deux de mes propres enfants et un enfant que nous avions adopté –, tous morts de la méningite cérébro-spinale que je me posai les sérieuses questions. Avec la maladie Dieu a-t-il abandonné l’homme dans un monde d’incertitude ? » Le docteur Still était bien informé des récentes découvertes médicales de son époque, mais il a voulu que cette «nouvelle voie» se démarque de la thérapeutique de son temps en revenant à la base même de la médecine et des enseignements d’Hippocrate. Still, étant croyant, avait la profonde conviction que si l’homme était capable de tomber malade, il devait sûrement avoir en lui les ressources de son traitement. Il donnait ainsi toute la place au patient et à son potentiel de guérison. Il chercha à comprendre les raisons qui faisaient que certaines personnes semblaient incapables de faire face aux agents extérieurs et intérieurs et développaient une maladie alors que d'autres ne subissaient pas la maladie. Il pressentit l’importance du rôle du sang dans la guérison et l’équilibre de l’organisme. « Trouver la santé devrait faire l'objet d'un médecin. Tout le monde peut trouver la maladie. » En juin 1874, à l’âge de 46 ans, Andrew Taylor Still présenta le résultat de ses recherches à ses confrères. Le terme Ostéopathie est utilisé pour présenter son approche de diagnostic et thérapeutique. Vers la fin du 20è siècle, le docteur Still a écrit différentes publications, il fit une importante synthèse de la nouvelle philosophie médicale qu’il nomma médecine ostéopathique. Il meurt le 12 décembre 1917 à l’âge de 89 ans. Inspiré par le travail de Still, plusieurs autres ostéopathes développèrent cette science depuis un siècle… « L’objet de mon voyage d’explorateur fut de trouver dans substances leur permettant d’agir et la manière dont elles procèdent. Si elles nous donnent la santé lorsque l’action normale prévaut, la maladie n’apparaissant que lorsqu’elles sont anormales, nous sommes exhortés à constituer une connaissance plus intime des qualités et des produits formés dans ce grand laboratoire qui mélange et qualifie chaque substance pour accomplir sa mission de force, de construction, de purification et d’action. » A. T. STILL

Témoignages

“Nous sommes 3 de la même famille à avoir eu tes traitements et nous sommes entièrement satisfaits.  Tu fais des miracles, nous te remercions infiniment.  Continue, nous ne voulons pas te perdre, nous te recommandons à d'autres gens.”

Johanne Clément

“Chaque présence et traitement me font beaucoup de bien.  J'ai souffert du bas du dos pendant plusieurs années, mais les traitements de Véronique sont merveilleux.  Merci.”

Marcel Garneau

“Avec 4 hernies discales, j'ai vu une panoplie de spécialistes sans aucun résultat.  Ils m'ont dit d'apprendre à vivre avec un mal chronique.  J'ai eu 3 traitements en ostéopathie et je peux maintenant faire des activités avec plus de souplesse et beaucoup moins de douleurs.  Améliorations notables en très peu de temps.  Merci Kairava-Véronique pour un traitement complet qui me donne enfin espoir.”

Annie Cadieux  

© 2016 par Véronique-Kairava Bilodeau

par le biais de Wix.com

Suivez-nous pour les dernières nouvelles

  • Wix Facebook page

Heures d'ouverture

Lundi: 9h - 18h

Mardi 9h - 18h

Mercredi: 9h - 13h

Jeudi: 9h - 18h

Vendredi: 9h - 18h

 

EFFETS

        Les forces universelles du Souffle de Vie s’expriment à travers la Respiration Primaire (RP) dans chacune des cellules, des tissus et des systèmes fluidiques du corps humain.  En prenant contact et en travaillant avec la RP, la Santé et l’entièreté de la personne sont adressées, supportées et maintenues.  Ceci supporte le corps, le mental et l’Être à retourner à son équilibre intérieur.  Cette approche supporte notre propre pouvoir et nous reconnecte à la Santé.

 

 

  • Le système a l’opportunité d’accéder à son potentiel et sa vitalité.

  • De vieilles blessures peuvent compléter leur cycle de guérison.  

  • Aide le système à décharger les effets de chocs et de traumas.

  • Calmer et réguler le système nerveux central, effet sur tout l’axe neuroendocrine.

  • Des pathologies qui étaient seulement retenues par des compensations, peuvent être traitées.

  • Offre une opportunité pour le potentiel de se construire, pour les fluides de se potentialiser et pour la vitalité du système de s’amplifier.  

  • Offre à l'individu une expérience d’équilibre et de plénitude.

  • La reconnection et l’expression de nos ressources les plus inhérentes.

  • Le système utilise l’augmentation de potentiel qui se présente pour s’aider à se guérir lui-même.

 

 

« En se connectant à la Respiration Primaire nous sommes en contact avec l’essence de l’état de l’être, L’expression de l’être avant que ses conditionnements entrent en jeu.  Nous pouvons connecter à des forces qui sont au-delà du règne des gènes et de traumas. 

Ceci est grandement guérissant et supportant pour notre état de bien-être général. » BHADRENA C. TSCHUMI GEMIN

 

MÉTHODE

        L’approche Biodynamique Craniosacrale (BCS) n’est pas invasive et ne comporte pas de manipulations.  Elle est une méthode manuelle holistique qui supporte les forces de vie inhérentes du corps à retourner à leur équilibre et harmonie naturelle.  Le thérapeute apprend à être en relation directe à travers sa palpation à la Santé et la vitalité du système. 

 

Celle-ci est basée sur la Santé inhérente du corps qui peut être accédée par une sensibilité cruciale non invasive, ainsi qu’une relation thérapeutique de confiance.  Cette approche n’est pas autant concernée avec ce que le thérapeute fait de ses mains, mais plutôt ce qu’il fait de son attention.  C’est-à-dire, de la façon dont nous dirigeons notre attention et notre intention pour encourager la Santé en soi, et dans le patient.

 

La méthode utilise un toucher avec les mains pour établir une interconnexion entre le corps et les différents aspects de l’Être. 

 

                           « Le  praticien entraîné sait comment connecter avec la force biologique naturelle de la vitalité,

                            ce qui permet à toutes les cellules du corps de respirer avec vitalité dans des rythmes lents. » 

                                                                                                                     BHADRENA C. TSCHUMI GEMIN 

 

 

Les congestions et résistances dans la relation des tissus et fluides du corps sont vues comme étant précurseurs de pathologies, et à ses débuts, la pathologie pourrait être perçue comme des résistances subtiles à l’intérieur du mouvement fluidique, cellulaire et tissulaire.

 

James Jealous D.O., a écrit que le noyau de ce travail est perceptuel et que cela requiert un thérapeute qui est intimement connecté avec la Santé et la profondeur des ressources, qu’il rend accessible pour le patient.  Il dit: « quand on rencontre un patient, on voit le Tout  – un événement très rare dans notre monde moderne ». 

 

En BCS, l’habileté clinique la plus importante est celle d’écouter cette Santé et ses expressions dans une autre personne.  Dans cette écoute, il y a une communication.  La Santé et l’histoire sont alors communiqués.  En écoutant l’histoire d’une personne à travers notre palpation et perception, les expressions de souffrances sont entendues.  Celles-ci demandent à être reconnues et comprises. 

 

 

 

                                                             « Notre toucher doit être un toucher qui écoute réellement. »  

                                                                                                                                   FRANKLYN SILLS

 

 

 

« Mon attention en tant que médecin qui utilise un toucher diagnostique, est sur le potentiel à l’intérieur du patient car je sais qu’à l’intérieur du potentiel, il y a pouvoir et plusieurs autres attributs autour desquels l’état de maladie ou la condition traumatique dans le patient se manifeste.  Je sais que si un changement prend place à l’intérieur de ce potentiel, un nouveau schéma entier va se manifester, et habituellement vers la santé du patient. »  ROLLIN BECKER