C'est à Andrew Taylor Still que l'on doit l'émergence de l’Ostéopathie en 1874. Il était médecin dans la région de Mâcon dans le Missouri. Sa pratique de médecine a pris de l’ampleur avec les guerres et les conditions rudes de son époque, causes de nombreux troubles physiques. En 1864, une épidémie de méningite cérébro-spinale a fait ravage dans le Kansas. Le docteur Still y a perdu trois de ses enfants. Il fut très affecté par cette épreuve à laquelle il n’a pas réussi a sauvé ses enfants. Convaincu que la thérapeutique de son temps était inefficace, voire même dangereuse, il a orienté sa vie de médecin vers ce qu’il appelait une «nouvelle voie» qui donnera naissance, dix ans plus tard à l’ostéopathie. C’est lorsque je me tenais là, regardant fixement trois membres de ma famille – deux de mes propres enfants et un enfant que nous avions adopté –, tous morts de la méningite cérébro-spinale que je me posai les sérieuses questions. Avec la maladie Dieu a-t-il abandonné l’homme dans un monde d’incertitude ? » Le docteur Still était bien informé des récentes découvertes médicales de son époque, mais il a voulu que cette «nouvelle voie» se démarque de la thérapeutique de son temps en revenant à la base même de la médecine et des enseignements d’Hippocrate. Still, étant croyant, avait la profonde conviction que si l’homme était capable de tomber malade, il devait sûrement avoir en lui les ressources de son traitement. Il donnait ainsi toute la place au patient et à son potentiel de guérison. Il chercha à comprendre les raisons qui faisaient que certaines personnes semblaient incapables de faire face aux agents extérieurs et intérieurs et développaient une maladie alors que d'autres ne subissaient pas la maladie. Il pressentit l’importance du rôle du sang dans la guérison et l’équilibre de l’organisme. « Trouver la santé devrait faire l'objet d'un médecin. Tout le monde peut trouver la maladie. » En juin 1874, à l’âge de 46 ans, Andrew Taylor Still présenta le résultat de ses recherches à ses confrères. Le terme Ostéopathie est utilisé pour présenter son approche de diagnostic et thérapeutique. Vers la fin du 20è siècle, le docteur Still a écrit différentes publications, il fit une importante synthèse de la nouvelle philosophie médicale qu’il nomma médecine ostéopathique. Il meurt le 12 décembre 1917 à l’âge de 89 ans. Inspiré par le travail de Still, plusieurs autres ostéopathes développèrent cette science depuis un siècle… « L’objet de mon voyage d’explorateur fut de trouver dans substances leur permettant d’agir et la manière dont elles procèdent. Si elles nous donnent la santé lorsque l’action normale prévaut, la maladie n’apparaissant que lorsqu’elles sont anormales, nous sommes exhortés à constituer une connaissance plus intime des qualités et des produits formés dans ce grand laboratoire qui mélange et qualifie chaque substance pour accomplir sa mission de force, de construction, de purification et d’action. » A. T. STILL

Témoignages

“Nous sommes 3 de la même famille à avoir eu tes traitements et nous sommes entièrement satisfaits.  Tu fais des miracles, nous te remercions infiniment.  Continue, nous ne voulons pas te perdre, nous te recommandons à d'autres gens.”

Johanne Clément

“Chaque présence et traitement me font beaucoup de bien.  J'ai souffert du bas du dos pendant plusieurs années, mais les traitements de Véronique sont merveilleux.  Merci.”

Marcel Garneau

“Avec 4 hernies discales, j'ai vu une panoplie de spécialistes sans aucun résultat.  Ils m'ont dit d'apprendre à vivre avec un mal chronique.  J'ai eu 3 traitements en ostéopathie et je peux maintenant faire des activités avec plus de souplesse et beaucoup moins de douleurs.  Améliorations notables en très peu de temps.  Merci Kairava-Véronique pour un traitement complet qui me donne enfin espoir.”

Annie Cadieux  

© 2016 par Véronique-Kairava Bilodeau

par le biais de Wix.com

Suivez-nous pour les dernières nouvelles

  • Wix Facebook page

Heures d'ouverture

Lundi: 9h - 18h

Mardi 9h - 18h

Mercredi: 9h - 13h

Jeudi: 9h - 18h

Vendredi: 9h - 18h

 

TRIGGER POINT = point gâchette / point déclencheur

        Thérapie neuromusculaire visant à dénouer les points de tension à l'intérieur des muscles, s'adresse particulièrement à la clientèle souffrant de douleurs musculaires persistantes et articulaires.

 

¨Les trigger points¨ sont des nœuds ou des bandes dures qui se forment au sein des fibres musculaires, et qui peuvent être clairement identifiés lorsqu’on les recherche manuellement ou lorsqu’on se fait masser. Tout le monde possède des trigger points.  La douleur est souvent ressentie loin du trigger point.  Quand on appuie sur un de ces points douloureux on arrive souvent à provoquer l’irradiation ou la douleur exacte ressentie par la personne. Le traitement consiste à détendre et à assouplir la musculature et à détruire le point manuellement.

 

Les trigger points rendent le muscle tendu et faible, réduisant son champs d’action, sa souplesse, sa mobilité provoquant inflammation et douleur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          Douleur typique provoquée par                   Trigger point qui provoque une douleur                     Douleur référée du trapèze

            la musculature de l'omoplate                       dans le bas du dos et dans la jambe                    qui monte vers le cou et la tête

 

                                                                             

Qu'est-ce qui est à l'origine de ces triggers points?

        Ces points douloureux sont provoqués par des positions statiques, des gestes monotones et répétés ou sont la conséquence d’un traumatisme, d’un accident ou une lésion musculaire.  Ils se situent au milieu d’une contracture musculaire.

 

Suite à ce traumatisme, petit à petit, l’oxygène et le sang n’arrivent plus comme il faut dans le muscle: le passage est bloqué par des déchets organiques qui s’accumulent et finissent par boucher les vaisseaux sanguins à cet endroit.

Lentement mais sûrement, le trigger point va commencer à envoyer un signal de douleur que le cerveau perçoit très bien.

Par mesure de protection contre cette douleur, le cerveau va automatiquement limiter l’usage et les mouvements du muscle endolori, ce qui aura pour conséquence de contracter encore plus le muscle en question.

 

Sans traitement, une personne risque d’en avoir de plus en plus. Un point peut en provoquer d’autres soit juste à coté, soit éloigné du point d’origine.

Le but du traitement

        Le but de ce traitement est destiné à faire “fondre” le trigger point.  Un trigger point peut être éliminé après quelques jours ou plusieurs semaines, en fonction de l’ancienneté de celui-ci.  Si le massage est correctement effectué, à chaque passage, un peu de sang et d’oxygène peuvent repasser par l’endroit bouché et contribuer à redonner au muscle sa souplesse et sa flexibilité originale, réduire l’inflammation, éliminer la douleur, permettant ainsi au patient de regagner en qualité de vie.